undefined

Rien n'est permanent, sauf le changement (Héraclite le disait il y a plus de 2500 ans).


MULTILINGUES vous aide à tirer parti du changement que ce soit au niveau de la technique, de la production, du marketing ou des ventes... MULTILINGUES vous aide à mettre en œuvre, à créer, à vendre, à innover, à parvenir jusqu'à votre interlocuteur, qu'il soit en Angleterre ou à l'autre bout du monde.


En 1990, la technologie numérique fit ses premiers pas afin de remplacer le téléphone analogique. Motorola, avait été l'un des pionniers de la téléphonie mobile et avait trouvé grâce à cette technologie son principal marché, elle a hésité.

Lors du débat interne, nous avons abordé le thème suivant : Motorola doit-elle resté concentrer sur l'analogique ou se tourner vers le digital ? Doit-elle poursuivre ses compétences ou commencer un nouveau jeu au risque d'être en position de faiblesse ?

Ces deux technologies peuvent-elle coexister côte à côte ? Ou une seule d'entre elles peux survivre ?

Les ingénieurs de la société défendue pleinement l'analogique. Le numérique était tout simplement inférieur comme moyen pour stocker et transmettre de l'audio :

  • 60 % des informations contenues dans le message analogique original était perdu lors du processus de numérisation.

Ce que ces ingénieurs ne voulaient pas admettre est le fait même que pour la plupart des utilisateurs, les avantages de la technologie numérique (modèle de petite taille et prix bas) dominaient amplement les pertes très souvent indétectables de la numérisation.

Les ingénieurs avaient consacré une grande partie de leurs vies à la technologie analogique et le passage au numérique les obligerait à réduire leurs normes et apprendre beaucoup à partir de zéro. Ainsi il était plus facile de voir les aspects négatifs que les positifs.

Le résultat final fut que la conversion de Motorola au numérique a pris beaucoup plus de temps que nécessaire. La société a perdu son statut de leader de l'industrie qu'elle avait inventée pour le nouveau venu, Nokia et aujourd'hui, c'est seulement une marque acquise par l'entreprise chinoise Lenovo. Il en va de même pour Sony, un autre géant de l'analogue qui a perdu des parts du marché en raison de sa préférence pour l'analogique.

Dans le domaine de la musique enregistrée, le remplacement du vinyle (analogique et avec une meilleure qualité sonore) par le CD (numérique) et enfin, l'option par streaming online a été naturelle car le numérique faisait déjà partie de notre quotidien.

L'invention du téléphone elle-même a trouvé des résistances. Personne ne pensait que c’était utile.

Lors d’une conférence sur l’utilisation de la nouvelle technologie d’impression 3D dans l’industrie, tout le monde avait des prétextes pour ne pas l'utiliser :

  • Une jeune femme est montée sur le podium et a déclaré : « Heureusement que je ne vous ai pas rencontré avant. Sinon, ma société n'aurait pas facturé 40 millions de dollars l'année dernière. Vous êtes trop occupés à regarder ce que l'impression 3D ne peut pas faire, que vous préférez ignorer ce qu'elle peut faire ! »

Cette réaction à la nouveauté est récurrente. La perspective d'abandonner des investissements déjà réalisés et pas encore amortis est terrifiante, n'assumant pas que simplement maintenir le cap mène au désastre.

Le secret pour éviter de stagner et de résister au changement est un processus auquel on dit « Oui, faisons-le ».

Ce processus du OUI, FAISONS-LE, se résume en 4 étapes :

1. Regrouper les connaissances mises à jour à partir de l'extérieur.

Ne vous appuyez pas uniquement sur les spécialistes internes - certains d'entre eux peuvent être des gardiens du statu quo. Découvrez qui fait quoi. Entrez en contact avec les universités et insérez vos spécialistes au sein d'équipes mixtes d'apprentissage mais certifiez-vous qu'ils ne dominent pas le débat.

2. Faites un petit pas à la fois.

Construisez des connaissances et réduisez la résistance interne à l'aide d'expériences supplémentaires, explorez et adaptez-vous aux nouveaux développements technologiques ou autres.

3. Concentrez-vous et définissez des priorités.

Aucune entreprise ne peut exploiter de nombreuses possibilités en une seule fois. Vous devez commencer par les solutions les plus prometteuses et viables et construire à partir de chaque petite victoire.

4. Regardez à long terme

Qu'est-ce que le présent prépare pour l'avenir ? Quels sont les scénarios possibles ? Comment se préparer pour les scénarios les plus probables pour l'avenir ? Quels sont les possibles changements sociaux et politiques ?

MULTILINGUES est une société de traduction avec plus de 10 ans d'expérience sur les marchés nationaux et internationaux et a déjà traduit plus de 200 millions de termes. Contactez-nous, nous aidons votre société dans les domaines les plus variés.

(avec la contribution d'Harvard Business Review)